Parfois, suivre des instructions dans des livres et travailler consciencieusement ne suffit pas à atteindre la belle écriture tant espérée. Pourtant vos efforts et votre motivation sont au top, mais il se passe des choses, des petits désagréments ou des accidents auxquels vous ne voyez pas de solution.
Je suis passée par là aussi, et cela m’arrive encore. La différence, c’est qu’avec un peu d’expérience j’arrive à mieux identifier d’où vient le problème, et éventuellement, j’ai des pistes de solutions.

Cet article est là pour évoquer des problèmes courants que l’on rencontre en apprenant la calligraphie. Il concerne principalement la plume pointue (donc l’Anglaise ou Copperplate), et les pistes proposées peuvent éventuellement s’appliquer aux écritures à la plume large.

L’encre coule trop vite et fait des pâtés/gouttes sur la feuille

Normalement l’encre, même si elle est bien fluide, ne doit pas couler « trop vite ». Si c’est le cas, il peut y avoir plusieurs explications :

  1. Vous tenez votre plume trop verticale : essayez de la tenir plus inclinée par rapport à votre feuille
  2. La plume est neuve, l’encre perle dessus : il faut la nettoyer à l’eau tiède et au savon, puis bien l’essuyer, avant de s’en servir.
  3. Si votre plume est bien nettoyée et que l’encre ne semble pas « accrocher » dessus, sucez-la, tout simplement (si elle est propre bien sûr !). La salive agit comme du fiel de bœuf, dégraisse la plume et permet une meilleure adhérence de l’encre. J’ai déjà donné quelques explication dans un article précédent.
  4. L’encre est trop liquide : ceci arrive parfois avec les encres aquarelle comme les Ecoline ou les Colorex. Quelques gouttes de gomme arabique améliorent la viscosité de l’encre et son adhérence sur la plume

Ma plume accroche le papier

Un papier qui accroche et qui fuse : ratage assuré si on maîtrise mal l’écriture. Optez pour des papiers lisses, moins risqués pour les débutants
  1. Comme expliqué ci-dessus, c’est sans doute que vous tenez votre plume trop verticale. Essayez de l’incliner davantage.
  2. Votre papier n’est pas assez lisse. Attention aux papiers à grain, notamment au papier aquarelle. Si vous débutez, cantonnez-vous à des supports à grain très fin/satiné, comme le bloc Rhodia blanc (qui existe en non ligné, ou quadrillé).
  3. Vous mettez trop de pression dans les ascendantes : rappelez-vous, le trait doit être ultra léger, presque invisible, comme si la plume survolait le papier.
  4. Changez de plume : certaines plumes ne sont pas de bonnes amies. Si elles conviennent à certains, il se peut tout à fait qu’elle ne vous convienne pas à vous. Pour débuter, essayez par exemple la Nikko G.
  5. Vous êtes trop tendu-e : voir ci-dessous

Mes lettres sont saccadées, elles manquent de rondeur


Vous êtes probablement trop tendu-e. Détendez-vous, et revoyez votre installation :
• Vous êtes perpendiculaire à votre feuille : même si votre feuille est inclinée, vos épaules sont bien perpendiculaires à l’axe de la feuille
• Rien n’encombre l’espace de votre bras droit, qui peut se mouvoir sans contrainte. Il faut vraiment qu’il n’y ait rien !
• Respirez en profondeur : une grande respiration complète avant de commencer une lettre. Puis une inspiration dans les ascendantes, une expiration dans les descendantes. Essayez de garder ce rythme de respiration : on a tendance à retenir son souffle pour ne pas trembler. En fait, en bloquant la respiration, on coupe la fluidité du geste et on a du mal à finir la lettre.

Raide, saccadé, maladroit : c’est normal lorsqu’on débute

Enfin, la juste rondeur s’acquière avec la pratique. Il est normal que les lettres soient un peu raides lorsqu’on débute. Il y a tellement de sources de crispation : la nouveauté, un outil qu’on ne maîtrise pas, etc. Pour acquérir cette souplesse, j’ai d’abord travaillé avec une écriture droite, plutôt qu’une écriture inclinée. Cela m’a permis de prendre possession de la plume, d’être « mentalement disposée à la rondeur et à la générosité de la lettre », quitte à exagérer un peu. Une fois à l’aise, je suis passée à l’écriture anglaise inclinée.

Pourquoi ne pas vaincre ses appréhensions en commençant par une écriture droite, ronde et généreuse ?

Autre bonne pratique : travailler sur un grand module. En français, cela veut dire travailler avec une hauteur de lettre de 1 cm. Cela vous parait grand ? Exact, mais cela vous aidera à travailler avec une bonne amplitude, notamment pour maîtriser les pleins et les déliés. Il est difficile de bien moduler sur 0,5 cm : alors voyez grand !

 

Mes lettres sont toutes tremblottantes


La tremblotte peut être causée par la nervosité, l’appréhension, une mauvaise posture ou un souci neurologique/souci de santé. Dans le quatrième cas, je ne suis pas en mesure – bien sûr – de vous conseiller.Pour les trois autres :

  1. Évitez, évidemment, les excitants tels que thé, café, tabac, boissons énergisantes…
  2. Respirez en profondeur avant de vous mettre au travail
  3. Respirez en profondeur pendant que vous travaillez. Plus vous serez zen, plus votre écriture sera fluide. Souvent je compte les boucles dans ma tête, comme des grandes glissades ou comme si j’étais sur un grand huit. Si « respirer en profondeur » ne vous est pas familier, vous pouvez vous entraîner avec l’appli « Respirerelax« . Au-delà de la calligraphie, les exercices respiratoires ont de multiples vertus pour la santé.
  4. Échauffez-vous en traçant des boucles avec un crayon de papier ou un stylo, et gagnez en confiance.
  5. Prenez conscience de la sensation de glisse de la plume sur le papier.
  6. Assurez-vous que votre bras d’écriture est libre de ses mouvements : pas d’encombrement de votre espace de travail du côté de votre bras scripteur.

Je n’arrive pas à me concentrer à la fois sur la plume et sur la forme de la lettre

 

En résumé, il existe toujours une explication et une solution. Ne restez pas seul-e avec vos problèmes, ce serait dommage de bloquer, surtout quand on est autodidacte.

J’ai évoqué ici 5 problèmes courants. Si vous avez d’autres difficultés, ou d’autres questions, exprimez-vous dans les commentaires et échangeons ensemble !

Véro

#lettresandco

 

3 thoughts on “Petits maux, petits remèdes”

  1. Merci, très intéressant cet article !
    C’est vrai qu’il n’est pas toujours facile de trouver « sa » plume, ni d’avoir le bon coup de main.
    Tes astuces sont top et totalement dans les problématiques de la pratique.

    Malgré toutes ces astuces, si tu n’as pas encore réglé tous tes soucis, c’est peut-être tout simplement que ta plume n’est pas faite pour ta main et ta manière d’écrire.
    Dans ce cas, il ne faut vraiment pas hésiter à changer ta plume, sinon tu n’en as pas fini d’être frustrée 😉

  2. Bonjour, article très intéressant comme d habitude.
    Je fais de la calligraphie en autodidacte depuis 9 mois, avec beaucoup d assiduité je progresse bien. Je suis à la recherche de manuel pour progresser avec les majuscules et les arabesques. Pourriez-vous me recommandé un livre, un site.
    Merci d avance et continuez vos articles qui sont toujours les biens venus.
    Marilyn COTTIN

    1. Bonjour, il y a de beaux exemples et conseils dans le livre de Marine Porte de Sainte-Marie « Calligraphie et Lettering faciles ». Le chapitre sur l’anglaise est très bien fait, avec tout ce qu’il faut sur les arabesques et les majuscules. Bonne journée, Véro

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :