Je reprends la plume en ce mois de septembre, et vous propose de parcourir les étapes de réalisation d’un court texte avec des arabesques. Travailler les arabesques avec l’Anglaise n’est pas simple : il y a plusieurs façons de procéder, plusieurs façons de réaliser le geste selon le degré de maîtrise. Ci-dessous, j’adopte une approche « débutant » consistant à réaliser le travail d’abord au crayon de papier, puis à la plume. Les arabesques sont dessinées puis tracées avec lenteur.

  1. Préparation

Pour la préparation, rien de bien méchant. Il faut se munir :

  • d’une feuille de papier ordinaire
  • d’une règle/équerre
  • d »un crayon de papier et d’une gomme

Je commence par tracer une portée de 1 cm de hauteur. Si vous vous sentez plus à l’aise, vous pouvez également tracer les obliques à 54° pour mieux vous repérer. Si vous travaillez l’anglaise depuis un certain temps avec des modèles américains, vous avez remarqué que je ne respecte pas ici les proportions généralement admises pour la portée (ascendantes et descendantes plus hautes). C’est un parti pris ici.

Le fait de travailler sur 1cm de hauteur pour le corps de la lettre est une bonne approche lorsqu’on débute : cela permet de bien étirer les ovales et d’avoir une écriture plus légère (vs plus ramassée sur une portée plus petite)

 

Je trace une petite croix sur les lignes de base de l’écriture, toujours pour mieux me repérer. Essayez d’être léger.e en traçant la portée, afin de ne pas trop marquer le papier.

2. Ecrire le texte en anglaise simple, au crayon de papier

Le texte est rédigé une première fois, sans fioritures (si ce n’est la majuscule), au crayon de papier. Les pleins et les déliés ne sont pas appuyés. L’objectif est ici de dresser la disposition globale du texte et de veiller à un interlettrage équilibré.  Vous pouvez retoucher le texte afin qu’il soit correctement ancré (à droite, à gauche ou centré). Ici, je l’ai plutôt centré.

3. Réaliser les arabesques, premier jet

Une fois le texte bien disposé, je m’arme d’une gomme et je démarre le travail sur les arabesques. Celles-ci peuvent être réalisées par exemple :

  • Sur les lettres ascendantes (b, l, k…) pour le donner un côté aérien, vers le haut
  • Sur les lettres descendantes (g, q, p…)
  • En fin de mot

Je m’attaque donc aux ascendantes, et commence à étirer les lettres et à former les arabesques. Le travail se fait progressivement, mais il n’est pas obligatoire de commencer par le début du texte.

Remarquez l’évolution du « d » et du « l » avec le modèle initial : les lettres sont totalement gommées et redessinées, il ne faut pas hésiter !

 

On peut essayer de créer des liaisons entre les mots d’uhne ligne à l’autre, comme ici la ligature entre le S et la barre du T de la ligne inférieure.

Ci-dessous une première version du texte complet : les arabesques sont plutôt pas mal, mais vous remarquez comme moi que l’ensemble n’est pas équilibré :

  • tout le poids semble porter à droite : le côté gauche semble un peu vide
  • je trouve que c’est un peu too much : trop d’arabesques tuent l’arabesque

Donc je reprends gomme et crayon pour rééquilibrer la composition.

4. Réaliser les arabesques, second jet

J’ai gommé une grande partie du travail réalisé dans le premier jet, pour arriver à une seconde version qui me paraît plus équilibrée :

  • Finalement la ligature entre le S de « pousser » et la barre du T de « moustaches » a été sacrifiée
  • Etirer le trait descendant du F permet de repartir un peu vers la gauche. Afin de ne pas trop superposer les boucles, j’ai dû retoucher le L de « les », en lui conservant une forme ouverte, plus aérienne qu’un L bouclé et fermé.
  • Le S final de « moustaches » a été simplifié, tout en conservant une sortie élégante
  • Le L de « chocolat » a lui aussi été simplifié, car je trouvais que c’était trop et que cela cassait l’équilibre.

Comme vous le voyez sur la photo ci-dessus, les reprises ont été nombreuses.

5. Encrer le texte

Une fois la composition satisfaisante, on peut passer à la phase d’encrage à la plume. J’ai gommé légèrement tout le texte et les traits de base pour ne conserver que le trait de surface. On peut aussi décalquer le texte ou le recopier au propre, et au crayon, sur une nouvelle feuille de papier.

J’ai ensuite pris une plume pointue, de l’encre, et c’est parti :

Le tracé est effectué avec lenteur. Pour les grandes boucles, je m’efforce de tracer à main levée . Ce n’est pas évident car on a tendance à garder un appui sur l’avant bras, mais cela empêche d’avoir des geste amples et réguliers, car on joue alors sur la torsion du poignet pour tracer les courbes. Donc si vous le pouvez, levez le coude !

Le passage à l’encre est l’étape la plus délicate. Quelques conseils :

  • N’ayez pas peur, ne vous crispez pas : même si on a parfois tendance à tracer une lettre comme si notre vie en dépendait, et bien ce n’est évidemment pas le cas, donc keep cool. Et si c’est raté, et bien ce n’est pas grave, vous pouvez recommencer.
  • Échauffez-vous : reprenez au crayon puis à la plume des exercices préparatoires pour vous mettre en condition. Réussir des arabesques, c’est vraiment une question de coordination psycho-motrice. Plus vous vous entraînez, plus vous intégrez le mouvement.
  • Prenez une plume avec laquelle vous êtes à l’aise, et un papier bien lisse : ceci pour éviter les accrocs dans le papier et favoriser la glisse.
  • Pensez « légèreté » : même pour les traits pleins, on ne monte pas debout sur la plume ! On essaie d’avoir une main légère tout au long du tracé.
  • Respirez profondément : rien de pire que de bloquer son souffle . Inspirez dans les ascendantes, expirez dans les descendantes. Si vous n’avez pas l’habitude de respirer, exagérez votre souffle, comme en cours de gym. Vous n’y trouverez que du bénéfice pour votre pratique calligraphique.
Le texte encré : il n’y a plus qu’à gommer !

Une fois le texte encré, attendez que l’encre soit bien sèche et gommez avec précaution. Essayez de limiter au maximum les retouches à la plume. Si ce n’est pas réussi, mieux veut recommencer !

Le résultat final !

Voici un autre exemple réalisé ces derniers jours, selon le même principe :

Bonnes arabesques !

Véro

4 thoughts on “Travailler les arabesques sur un texte court”

  1. Merci pour ce tutoriel – les arabesques présentent 2 difficultés : l’équilibre visuel du texte mais surtout lever le coude – ce que je n’arrive pas encore à faire en calligraphie…. pour trinquer c’est plus spontané !

    1. Oui Jeannine, en effet, je n’ai pas parlé de l’anticipation du mouvement, bonne remarque ! Merci

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :