David Jones (1895-1974) était un artiste anglais aux multiples facettes : poète, peintre, essayiste, graveur de caractères, il est connu dans le monde de la calligraphie pour son travail de lettrage unique et singulier. Inspiré par les inscriptions romaines gravées dans la pierre et par les manuscrits anciens,  il travailla les lettres capitales de façon naïve et un peu simplifiée, tout en leur conservant une dynamique propre et une certaine musicalité. Au-delà de la lettre elle-même, il a travaillé la composition avec un intérêt particulier pour la façon dont les lettres et les mots tissent un ensemble rythmé et cohérent.

C’est en observant le travail de calligraphes américains, anglais et belges que je suis venue à découvrir leurs inspirations issues du travail de David Jones. Je crois que ce qui m’a touchée dans ce travail c’est l’interprétation naïve, un peu enfantine mais résolument moderne de ces écritures anciennes. 

Comme on ne parle de cet artiste dans aucun de mes livres de calligraphie, j’ai fait quelques recherches et je vous propose une petite découverte.

Inspirations et recherches

Pour aborder le travail de David Jones, revenons à la source de ses inspirations : la gravure lapidaire romaine et les manuscrits anciens.

Dans l’exemple de bloc gravé ci-dessous on observe des capitales, certes, mais moins formelles que dans certains exemples de gravures plus tardives où les lettres seront parfaitement calibrées et espacées.

Exemple de gravure romaine – British Museum

Dans les manuscrits anciens, on trouvera de riches exemples d’utilisation des capitales romaines et onciales, comme dans le manuscrit ci-dessous daté du 12ème siècle. Elles étaient utilisées en « frontipice », c’est à dire en titre d’un chapitre. Remarquez le côté à la fois formel et libre de la composition de ce frontipice : ce n’est pas, a priori, un choix artistique pur, mais plutôt une volonté d’optimiser l’occupation de la page. Cela a fait recourir les moines à des astuces créatives, comme l’insertion de lettres dans d’autres comme dans le mot INCIPIT.

Remarquez aussi l’utilisation des couleurs.

Alençon BM0644 – 12ème siècle
Autre exemple de frontipice, manuscrit anglais du 12ème siècle, mixant harmonieusement la capitale romaine formelle et les onciales.

Le travail de David Jones

David Jones est donc allé puiser dans les manuscrits anciens et les gravures lapidaires les lettres qu’il a ensuite réinterprétées. Ces lettres proviennent de la capitale romaine et des onciales

Les lettres sont dessinées au crayon puis peintes. Comme dans les manuscrits, David Jones utilisait jusqu’à 3 couleurs. 

Les caractéristiques remarquables du travail de David Jones

Planche de David Jones, caractéristique de son oeuvre.
  • Contrairement aux capitales romaines formelles, les lettres de Jones sont moins droites, moins rigides. La forme est souple, un peu arrondie, cintrée et élancée… mais certainement pas molle ! 
  • Les empattements sont souvent présents, comme s’ils ouvraient la lettre sur l’extérieur.
  • A défaut d’empattement, on trouve parfois des terminaisons en boucles, commes celles utilisées dans le manuscrit anglais plus haut.
  • Une lettre peut être réalisée de différentes façons : c’est aussi ce qui apporte le rythme et la musicalité à l’ensemble. 
  • Des ligatures sont parfois créées entre les lettres : pour enrichir le rythme ou pour optimiser l’agencement de la ligne.
  • Les espaces sont parfois matérialisés par des points 

Composition 

Ce qui caractérise la composition c’est vraiment le côté dansant, un peu naïf et faussement libre. Je dis faussement libre, car : 

  • Les lettres ne sont pas strictement alignées
  • D’une ligne à l’autre, la taille varie 
  • Malgré tout, l’ensemble ne choque pas l’œil car Jones joue énormément sur les contreformes (les formes à l’extérieur de la lettre) pour gérer l’espace dans son ensemble 

Appropriation et essais personnels

Observation et dessin des formes caractéristiques

C’est la première étape : le dessin. J’ai commencé par observer les réalisations de David Jones et suis partie en quête des différentes interprétations des lettres.

Notez par exemple les différentes courbes du N, les terminaisons en boucle, l’axe du S, les versions du U, l’ouverture de la lettre G…

Quelques réalisations

L’exemple ci-dessus, Bourgogne, a été réalisé sur Ipad. C’était bien pratique pour ajuster les proportions et l’espacement des lettres, chose que j’ai trouvée difficile au début.

Citation de Matisse

Fait au feutre fin, initialement pour faire une linogravure, avec en sus la difficulté de travailler en négatif (donc de colorier autour des lettres). Ça commence à se rapprocher un peu plus de l’esprit David Jones, notamment avec l’exploitation de plusieurs formes pour une même lettre et l’utilisation de ligatures.

C’est malgré tout assez loin des modèles historiques, les lettres sont très stylisées.

Il m’a fallu plusieurs brouillons et beaucoup de gomme pour trouver un équilibre d’ensemble. 


Haiku au crayon de papier 

Plus proche des modèles historiques, avec une bonne balance dans la composition. Je regrette juste le choix du crayon de couleur : la gouache aurait été plus « clean », plus contrastée. 

Si ce type de lettrage vous intéresse, je vous invite à consulter quelques exemples que j’ai rassemblés dans mon tableau Pinterest, et surtout, à explorer les manuscrits anciens, sources d’une grand inventivité sur l’exploitation de ces capitales. 

Ensuite, libre à vous de les reproduire, ou, comme le font d’autres calligraphes, de vous inspirer pour créer vos propres lettrages.

J’espère que cet article vous a plu. Connaissiez-vous le travail de David Jones auparavant ?

Ah, j’oubliais ! Une petite anecdote : David Jones est certainement un nom très commun outre-manche, puisque c’était le nom d’état civil de David Bowie !

A très bientôt,

Véro

4 thoughts on “Les capitales à la façon de David Jones”

  1. Je ne connaissais pas David Jones même si j’avais déjà vu ce style de lettrage. Merci pour cette découverte !

  2. Très intéressant, je connaissais ce style de typo mais pas David Jones, merci pour la découverte.
    Ce qui est bien avec ce style, c’est qu’il est moins exigeant en therme de création, pas besoin d’utiliser une grille ou de suivre un style strict comme pour les caractères d’imprimerie.
    En plus, suivant tes choix de mise en page, tu peux créer une illustration seulement avec des caractères.
    Bref, pour commencer le lettering c’est parfait.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :