Petit flashback sur ce qui a occupé mon retour de congés d’été : le stage de Chancelière en ligne d’Yves Leterme.

La Chancelière est une écriture que j’ai peu pratiquée… Enfin, ce n’est pas totalement vrai : disons que nous nous sommes rencontrées plusieurs fois, mais sans grand succès. J’ai en effet réalisé mes premiers essais il y a une dizaine d’années, en autodidacte, armée du livre de David Harris et du Mediavilla, et c’était absolument horrible. Ensuite, je l’ai pratiquée comme ci comme ça, en étant toujours très frustrée par le résultat. Malgré divers stages je n’avais toujours pas le sentiment d’avoir dompté la belle italienne et d’en avoir saisi toutes les subtilités. Pour être honnête, je la trouvais ennuyeuse à réaliser dans sa forme la plus « formelle ». Mais dans le même temps, j’ai toujours eu envie de la réussir, car bien maîtrisée, c’est une écriture d’une grande finesse et très élégante. Mais voilà, je n’avais pas capté l’essentiel.

Lorsque Yves Leterme, éminent calligraphe basé dans la belle ville de Bruges, a proposé un stage en ligne de 6 semaines sur la Chancelière, j’ai longuement hésité avant de m’inscrire. En effet, les échos que j’avais eu sur le stage qu’il avait proposé sur la capitale romaine, étaient qu’il fallait énormément travailler et s’investir. Mais poussée par le fait que des amis calligraphes participaient j’ai franchi le pas, et cela a été une véritable révélation.

Le stage est proposé sur le site Acorn Arts, qui propose également d’autres stages en ligne de calligraphie.

Qu’est-ce que la Chancelière ?

Ah oui… Revenons au début. La chancelière est une écriture italienne de la renaissance, réservée à l’origine pour la chancellerie papale, d’où son nom. Née de l’écriture humanistique, souple et élancée, elle rompt avec le côté rigide et carré des écritures gothiques alors largement usitées. Sobre et nette dans ses premières apparitions, elle sera ensuite enjolivée d’arabesques et sujette à de nombreuses variations, jusqu’à la gestuelle.

On l’aime car elle est moderne, élancée et élégante.

C’est une écriture assez difficile, qui demande beaucoup d’heures de pratique et d’observation. D’ailleurs, si quelqu’un vous dit « Je suis calligraphe », demandez-lui de vous montrer ses pages de Chancelière ! En effet, elle fait partie de ces écritures qui ne trichent pas : mal exécutée, c’est vraiment la misère. Maîtrisée, c’est un bonbon pour les yeux.

Nouveau départ : retour à la base de l’écriture

Les deux premières semaines du stage en ligne « Thoughtful Gesture » d’Yves Leterme ont été consacrées à la reprise en main de la Chancelière dans sa forme la plus simple, avec un ductus très formel.

Astuce pour travailler l’espacement : alternance de « n » avec les autres lettres de l’alphabet

Nous avons travaillé avec des plumes Speedball C2, donc sur un grand module de 1.5cm, et avons repris les bases lettre par lettre. Rien que ce travail, guidé par les explications d’Yves et ses démonstrations, a été très bénéfique.

Ce qui est difficile, dans la Chancelière formelle, c’est vraiment de rester léger, tout en étant très rigoureux sur l’inclinaison, l’angle de la plume à 45°, l’espacement judicieux des lettres et l’analyse des contre-formes. Pour y arriver, pas de secret : des pages et des pages d’entraînement. Mais grâce aux explications d’Yves, à sa pédagogie, j’ai pris beaucoup de plaisir là où auparavant je m’ennuyais assez vite.

Comme toujours je peine à rester légère. Pour limiter le trop de pression sur la main qui écrit, je tiens un gros Posca dans la main gauche, que je broie allègrement. Cela déporte la crispation sur la main qui n’écrit pas, et ça marche plutôt bien.

Travail sur les liaisons et les variations de formes

Après avoir étudié le modèle très formel, place aux variations en introduisant des liaisons entre les lettres et de légères variations de formes. Yves nous a fait travailler sur ces différents paramètres, tout en restant dans le contrôle total. Chaque geste est bien réfléchi et on se rend compte qu’on a mille décisions à prendre à chaque étape. C’est costaud au début, mais au fil des pages, on acquière plus d’aisance et d’automatismes dans les enchaînements.

Premier jet dans un ductus formel
Deuxième jet avec un travail plus recherché sur les formes et les liaisons

En route vers la gestuelle

Progressivement, on casse le côté bien rangé, bien propret. Mais là encore, les variations qui sont introduites le sont avec beaucoup de subtilité. On introduit des variations de hauteur, on comprime les lettres, tout en continuant d’utiliser ce que l’on a appris sur les liaisons et les variations de formes.

Cela fait beaucoup de paramètres à avoir en tête : immanquablement, cela génère beaucoup de ratés. L’entraînement sur un mot, une petite phrase que l’on répète 3, 4 voire 10 fois font énormément avancer.

Pour plus de conseils sur l’entraînement, consultez la liste des 10 bonnes idées pour progresser (dans la joie et la bonne humeur).

Variations sur un mot : exploration des diverses possibilités
Variations sur un mot : exploration des diverses possibilités

A ce stade du stage, j’avoue que j’ai calé. Difficile de passer à la suite – la gestuelle – alors que j’avais encore tellement à travailler sur les premières leçons. Mais ce n’est pas grave, j’y reviendrai plus tard.

Vous voulez apprendre la Chancelière ?

Si apprendre la chancelière vous tente, je ne saurais que trop vous conseiller de ne pas le faire seul dans votre coin avec des livres. Ce serait passer totalement à côté de l’essence de cette écriture, et surtout risquer de prendre de mauvaises habitudes.

Donc… des stages sont possibles, bien sûr. Et si vous ne pouvez pas vous déplacer, guettez le profil d’Yves Leterme, en priant pour qu’il re-propose ces 6 semaines de cours en ligne. Honnêtement, c’est intensif, mais au-dessus de toutes mes attentes. Les vidéos sont d’une richesse incroyable. C’est en anglais (sous-titré en anglais), mais Yves parle lentement et très distinctement, c’est très agréable. L’avantage de la vidéo, c’est qu’on peut revenir en arrière à l’infini pour voir les démos (là où c’est difficile de rembobiner un prof en stage ;-)). Le matériel pédagogique comprend également des planches à imprimer avec de nombreux exemples qui sont tous décryptés dans les vidéos.

Si l’aventure vous tente, suivez Yves sur Instagram et guettez les prochaines dates ! Vous pouvez également suivre le hashtag #gesturalonline sur lequel les élèves ont posté leurs progressions. Certains ont un niveau bluffant !

A très bientôt

Véro

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.