Matériel de calligraphie

Aujourd’hui, j’ai un petit bureau atelier avec plein de pots, de boites, d’outils, de papiers… Autant le dire, je suis une dingue du matériel : je peux vivre 10 ans avec le même manteau mais je ne résiste pas au plaisir de m’acheter des stylos, des peintures (parce qu’il faut toutes les couleurs, hein, sinon on est frustrés…), du papier de toutes sortes,….pfff… une vraie addiction !

Alors pour être honnête, j’ai du mal à vous dire que pour débuter la calligraphie, il faudra tout simplement :
• Un porte-plume
• Des plumes
• De l’encre
• Des feutres et/ou des pinceaux (pour le brush-lettering)
• Du papier

C’est à la fois vrai – sans ce matériel, pas de calli – et pas vrai parce que ce n’est pas avec ces cinq éléments uniquement que vous allez beaucoup vous éclater. Malgré tout, vous n’allez pas acheter en une fois ce que j’ai mis plusieurs années à accumuler. Ce serait parfaitement déraisonnable et inutile, surtout pour s’initier !

Donc je vous ai concocté une petite liste classée par rayon et par degré d’importance que vous trouverez ici.

Achetez malin !

Question budget, une seule vraie recommandation et quelques suggestions pour ne pas péter la cagnotte :
1. Investissez dans de la qualité pour les couleurs (encre, aquarelle, gouache), les plumes et les pinceaux. En particulier pour les peintures et les encres, fuyez l’entrée de gamme. Vous serez largement récompensés de cet effort.
2. Achetez progressivement en vous fixant par exemple un petit plaisir par mois : par exemple 3 nouvelles couleurs de Posca ou 1 nouveau flacon d’encre.
3. Pour les commandes sur internet, faites-vous des » listes d’envie » et regroupez vos achats pour limiter les frais de ports
4. Attendez les promos !

Pour revenir à nos 5 trésors du calligraphe occidental et moderne, comme ce sont ceux qui posent le plus question, je vous donne plus de précision ci-dessous.

Le porte-plume

Le porte-plume droit bon marché en plastique à levier (Bic), ou en bois font parfaitement l’affaire pour débuter et pour toujours d’ailleurs. Il existe des porte-plume coudés, pour la pratique de l’anglaise, mais ce n’est pas obligatoire pour un débutant.

Les plumes

Je vous recommande d’avoir un assortiment avec :

Des plumes métalliques biseautés Brause Bandzug, de différentes tailles, utiles pour toutes les écritures historiques et plus encore. Robuste, la Bandzug offre une précision inégalée, très appréciable pour les écritures anciennes telles que les gothiques, les onciales, la chancelière, la fondamentale…
Question tailles, prenez l’assortiment de 1 à 3 mm, sachant que vous allez utiliser principalement les grandes tailles (2.5mm et 3 mm) au début.
Notez que la Bandzug existe pour gauchers, avec un biseau adapté (inversé)
Il existe d’autres plumes biseautées (Speedball, Tape), mais pourquoi chercher midi à 14h, s’il ne fallait en acheter qu’une ce serait la Brause.

Des plumes pointues : je consacrerais sans doute un article complet sur les plumes pointues car il en existe de nombreuses sortes, et il vous faudra en essayer plusieurs avant de trouver VOTRE plume, celle qui vous convient et avec laquelle vous aimez écrire. Personnellement, j’ai tendance à beaucoup appuyer sur ma plume, du coup je recherche plutôt des modèles assez… robustes !

Néanmoins, pour débuter, je recommande :
La Nikko G : précise, contient bien l’encre, à la fois robuste et flexible. Je la trouve idéale pour débuter la Copperplate
La Gloire de Boulogne de Baignol et Farjon : difficile à trouver malheureusement, mais elle présente les mêmes qualité que la Nikko en plus de produire des déliés beaucoup plus fins et élégants. Elle accroche peu le papier et glisse plutôt très bien. Pour moi c’est THE plume. On la trouve en étant patient, notamment sur ebay où des lots sont parfois proposés à des prix intéressants.
La Brause Rose : une belle plume de collection, très souple et avec un bon contenant.

Comme indiqué plus haut il en existe beaucoup d’autres, et vous pouvez vous faire un petit assortiment pour les essayer ou les collectionner. Vous trouverez une proposition d’assortiment pour les plumes pointues sur le site de John Neal Booksellers.

Pour l’achat des plumes, je vous invite aussi à consulter la liste des sites sur lesquels vous pouvez les commander.

Entretien des plumes :
À la première utilisation, il faut les rincer avec un peu d’eau tiède savonneuse en les brossant délicatement avec une vieille brosse à dent et bien les essuyer pour retirer la pellicule de protection qui est dessus lorsqu’elle sont neuves. On lit parfois de les passer sur une flamme pour faire fondre cette pellicule : tout ce que vous arrivez à faire, c’est à abîmer votre plume, et vu le prix des plumes, vous ne voulez pas cela !
En entretien courant, il suffit de procéder de même, et de les sécher en dehors du porte-plume afin qu’elles ne rouillent pas, ce qui arrive vite.
Séchez bien aussi votre porte-plume, afin que les parties métalliques ne rouillent pas

 De l’encre

Je ferais un article plus complet sur les encres et les médiums en général, car il y en a de toutes sortes, plus ou moins agréables à utiliser. Pour ma part, j’aime qu’une encre soit fluide, non visqueuse et lumineuse (même pour le noir). Du coup, j’utilise principalement les encre aquarelles : Colorex et/ou Ecoline. Notez que la Colorex est pratique avec son bouchon pipette.

Les encres pour stylo plume, type Herbin, peuvent aussi être utilisées. Toutefois la couleur n’est pas aussi intense qu’avec les encres aquarelles et c’est plus cher. Mais parfois on a envie de se faire plaisir avec de jolis flacons…

L’aquarelle en godet, diluée, fera un excellent médium pour l’écriture. De plus, vous disposerez d’une belle palette de couleurs en un seul achat.

Le brou de noix : acheté dans votre magasin de bricolage, c’est l’encre bon marché par excellence. Le brou de noix est fluide, inodore et agréable à utiliser. On peut le diluer un peu à l’eau. Il faut faire attention, car il tâche les vêtements de façon irrémédiable. Enfin, il n’existe qu’en marron : si vous aimez vous éclater avec la couleur, il faudra prévoir d’autres encres en complément.

L’encre Gallo-Ferrique : c’est l’encre du calligraphe par excellence. Veloutée, précise, profonde, elle résiste aux épreuves du temps. Il existe de nombreuses recettes, mais les ingrédients principaux sont la noix de galle (un parasite du chêne gorgé de tanins) et le sulfate de fer. On peut la fabriquer soi-même, mais en attendant on peut aussi la commander sur le site du Calligraphe.
Précautions à prendre : Il faut soigneusement rincer les plumes, sinon elles rouillent à cause du sulfate de fer. Rincer abondamment et immédiatement les pinceaux, car elle attaque les poils. Enfin, elle tâche irrémédiablement les vêtements. A part ça, on l’adore !

Attention aux encres dites de » calligraphie » et à l’encre de Chine, que l’on trouve dans les magasins de Loisirs Créatifs:

• Souvent visqueuses et collantes, elles encrassent les plumes
• Elles sont moins précises, car moins fluides que les encres à l’eau. Du coup elles nécessitent une certaine habitude
• L’encre de chine met très longtemps à sécher parfaitement, et il arrive souvent, en gommant les traits, que l’encre accroche à la gomme et là c’est le drame !
• Elles tâchent les vêtements, en cas d’éclaboussure

 

Pour le blanc : les encres blanches (y compris Colorex, Ecoline…) présentent la même viscosité que les encres dites « de Calligraphie ». Elles sont souvent pâteuses, sèchent vite dans le flacon, bref, c’est une galère. Vous pourrez améliorer leur consistance avec quelques gouttes d’eau et une goutte de fiel de bœuf, ou vous replier sur une gouache blanche de très bonne qualité.

On peut utiliser bien d’autres mediums pour écrire, nous le verrons progressivement, l’idée étant ici de fournir les « basiques ».

Des feutres pour le Brush Lettering

Je n’en ai pas testé beaucoup, toutefois j’ai une nette préférence pour le Tombow Dual Brushpen, dont la couleur est dense et la pointe assez nerveuse et précise. Les brushpen aquarelle Windsor & Newton offrent une belle gamme de couleurs, très lumineuses.

Sinon, pour le brushlettering j’utilise tout simplement… des pinceaux !

Du papier

• Un bloc XXL croquis format A3,
• 1 bloc rhodia format A3 à petit carreau ou des copies doubles petit carreaux grand format non perforées.  Choisissez une bonne qualité (Clairefontaine, Oxford)
• Tous types de papiers, à grains fins (pour débuter) et qui ne fusent pas…
• Du papier buvard, comme sous-main

Enfin, il vous faudra le petit matériel de bureau de base : crayon de papier, gomme, règle, etc.

J’espère que cet article vous a éclairé sur le matériel de base. Si vous avez des questions, n’hésitez pas à les poser dans les commentaires !

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :