Nous sommes tous créatifs

Lorsqu’on voit le travail de certains artistes, designers ou créatifs, nous sommes souvent épatés par l’étendue de leur imagination et par leur capacité à retranscrire de façon visuelle une impression, un sentiment, une atmosphère.

Il est vrai qu’au-delà de la maîtrise technique (mise en œuvre), ce qui va faire la beauté d’une œuvre c’est l’idée, et la façon dont on va la retranscrire de façon « personnelle ». J’entends souvent des personnes dire qu’elle sont épatées par mes petits travaux (je vous jure), parce qu’elles-mêmes ne sont pas du tout créatives. Au-delà du fait que cela fait plaisir – bien sûr – cela m’alerte souvent sur le fait que beaucoup de personnes ne savent pas qu’elles aussi, sont créatives.
Je pense sincèrement que nous sommes tous créatifs. Et si certains savent tirer parti de cette faculté, d’autres ne savent même pas que c’est en eux !

Dans un grain de sable, voir un monde

William Blake

La créativité est un sujet qui me passionne, et qui me possède aussi un peu, il faut le dire. Je pourrais en parler pendant des heures, mais je préfère aujourd’hui vous présenter une méthode très concrète pour développer sa créativité.

Le sujet : les fleurs stylisées

Le week-end dernier, j’ai assisté à un stage sur les Fleurs et le Lettrage animé par Marine PSM, dans les locaux de l’association Esperluette, à Rouen. La consigne de la première journée a été de se créer un répertoire de fleurs « stylisées », qui seraient ensuite mises en scène avec des lettres ou des mots.
L’idée n’était pas de représenter des fleurs de façon figurative, telles qu’on les voit précisément sur des photos, dans la nature ou des planches botaniques. L’idée était de travailler à partir d’une structure de fleur, d’explorer différentes manières de représenter pétales, pistils et feuillages, et d’essayer d’en inventer le plus possible.

Nous avions quelques pistes mises à disposition par Marine, mais pas de véritable modèle. Chaque élève devait puiser dans son imagination, et laisser sa créativité s’exprimer, avec une seule consigne : aller à l’essentiel !

Des premiers essais aux premières vraies créations

Les premiers essais de chacune étaient proches des pistes que nous avions toutes sous les yeux, en les exploitant de différentes façons. Au bout de quelques heures naquirent sur les feuilles des unes et des autres des motifs de fleurs et de feuillages plus originaux, plus personnels aussi. Ce qui était remarquable, c’est que chacune des élèves a exploré ses propres pistes, et chacune a créé un portfolio totalement différent.

Recherches sur les fleurs (I)
Recherches sur les fleurs (I)

Au point de départ, nous n’étions pas toutes des ceintures noires de la créativité, loin de là. Mais le processus a prouvé que personne n’a fini la journée avec une feuille blanche sous les yeux, ou des copies des modèles des voisines.

La créativité est un processus de recherche et d’exploration qui s’incrémente dans le temps

On peut être une personne avec beaucoup d’imagination, cela ne fait pas de nous quelqu’un de créatif/créateur, c’est-à-dire qui sait traduire dans une production le fruit de son imagination. Que cette production soit une création visuelle, une histoire, un poème, une chanson, cela n’a pas d’importance. Le processus est le même.
La créativité, c’est comme la mémoire en fait ; ça se travaille et ça se développe. Et cela, tout le monde peut le faire !

Bien sûr, plus on travaille, plus on explore, plus on progresse, plus on se libère, plus on s’affirme et… plus on est créatif !

Oser la confrontation, ne pas se censurer

C’est un peu le même principe que dans les séances de brainstorming des agences de création. Pour que les (bonnes) idées émergent, il faut en sortir un paquet qui n’aboutiront peut-être à rien. Cela fait partie du cheminement. Pour cela, il faut vraiment se faire violence pour s’affranchir des modèles tout faits.
Par exemple, j’avais souvent l’habitude de travailler à partir de sources d’inspirations trouvée sur Pinterest. C’est très bien, on a besoin de s’inspirer en s’ouvrant sur d’autres choses et en faisant des recherches. Mais pour créer véritablement, en fait, il faut tout oublier et partir de la feuille blanche.

Il faut chercher, poser le premier trait et échafauder un monde à partir de là. Au début, face à la feuille blanche on est très influencé par ce que l’on connaît. Le processus de création consiste justement à aller chercher ce que l’on ne connaît pas, en nous-mêmes. Cela donne parfois des choses très surprenantes.

Recherches sur les fleurs (II) - formes géométriques
Recherches sur les fleurs (II) – formes géométriques

Explorer, peaufiner, affermir, revenir en arrière, recommencer

Représenter 100 fois un même sujet : un exercice de créativité très puissant

L’an dernier, j’avais suivi une classe de Faye Brown sur Skillshare, dont le titre était : « Débloquez votre créativité : apprenez à penser comme un designer ». Yeah !
Cela peut paraitre un peu ambitieux (!), néanmoins, le projet du cours était de représenter 100 fois un sujet, en explorant toutes les pistes possibles : dessin, peinture, modélisation en Légo, pâte à modeler, etc.

Les 100 chaussettes

J’ai choisi comme sujet la chaussette (la fleur, à l’époque, cela me paraissait trop facile), et je devais donc représenter 100 fois une chaussette. « Ah ! Ah ! Trop facile », me suis-je dit… Dans les faits, j’ai sorti une cinquantaines de chaussettes différentes en assez peu de temps, un peu en mode marathon. Dessin, peinture, découpages, collages, tampons, modelages… Ensuite, je me suis heurtée à une sorte de mur. Difficile à décrire, mais c’était un peu comme le « mur du sens ». Comme s’il devenait tout d’un coup impératif de raconter une histoire – alors que dans les étapes précédentes j’étais uniquement dans la représentation.

Chaussettes tampon pour l’humeur du jour
Chaussettes 4 saisons
Chaussettes 4 saisons

Je peux vous dire que l’histoire de la chaussette, ce n’est pas venu tout de suite. Il a fallu repartir en exploration, tester, gribouiller… Arrivée à 80 chaussettes, j’étais vidée. Sauf qu’il restait du chemin à faire, et je savais au fond de moi que je n’avais pas tout puisé. Je suis allée jusqu’à 100, évidemment, et j’ai réalisé qu’entre les 10 premières et les 10 dernières chaussettes, il y avait vraiment un monde.

Bientôt les 100 fleurs ?

J’utilise beaucoup les fleurs et les motifs végétaux dans mes tableaux. A la suite du stage, j’ai vraiment envie de me créer un beau répertoire de formes. Je vais donc poursuivre l’exercice de façon plus poussée. Durant le stage, j’ai dû en faire une quarantaine, pas plus. J’avais aussi exploré les fleurs vintages façon scandinave. Donc oui, bientôt, j’espère, les 100 fleurs !

Recherches de fleurs (III)
Recherches de fleurs (III)
Recherches de fleurs (IV)
Recherches de fleurs (IV)

La méthode en 2 étapes :

1- Choisir un sujet/objet
2- Le représenter 100 fois en explorant le plus de voies possibles

Vous pouvez également consulter l’article consacré au stage par Elisabeth Couloigner. Elisabeth est une championne de la recherche dans son art, mais vous verrez rarement des dessins très figuratifs dans son travail. Elle s’est aventurée avec nous sur le chemin des fleurs stylisées. Ses recherches ont donné une abondance de compositions très personnelles et délicates.

Si cela vous tente, n’hésitez pas à vous lancer vous aussi, c’est vraiment un exercice très puissant. Vous serez certainement étonné.e de ce que vous êtes capables de créer. N’hésitez pas à me faire partager votre expérience !

Véro

3 thoughts on “Développer sa créativité : l’exercice des 100 fleurs”

  1. Article très intéressant !
    Il y a encore deux ans, je faisais sans doute partie de ces gens qui pensent ne pas avoir de créativité. Depuis que je me suis mise au lettrage sous toutes ses formes, puis à l’aquarelle, j’ai l’impression de prendre possession de ma créativité cachée et je m’y sens bien ! Alors, pourquoi pas commencer l’année 2018 avec un projet « 100 » ? Ce serait une belle résolution à tenir 😉
    Merci pour ce bel article !

  2. Excellent article, Véro, tu as super bien synthétisé l’idée et tu as aussi super bien compris le principe pendant le stage, c’est cool de revoir certaines de tes planches de recherches ! C’est vrai qu’on imagine toujours que les artistes pondent leurs productions comme ça,que ça vient tout seul, mais on ne sait pas forcément qu’il y a tout un travail de recherches derrière. Oui, on a une flopée d’idées qui nous arrivent toutes seules en pleine poire chaque minute par paquets de mille, mais ensuite il faut en faire quelque chose, chercher, expérimenter, synthétiser pour en faire quelque chose… qui parfois est tout simple et à l’air évident, mais qui ne serait pas venu sans un minimum de travail 😉
    Bref c’est passionnant ET épuisant, mais ça vaut le coup !
    Aller, bonnes recherches à tous les créatifs en puissance ! Et si ce sont les idées qui vous manquent, comme le dit Véro, en cherchant ça vient !

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :