Il y a deux ans j’ai publié un article avec 4 astuces simples pour apprivoiser la couleur :

  • Créer un nuancier
  • Se faire un jeu de languettes pour créer des assortiments
  • Se faire un tableau d’inspiration
  • Utiliser Canva pour extraire les couleurs principales d’une photo.

A l’époque, je n’avais pas parlé du cercle chromatique par souci de simplicité. Pour autant, c’est un outil indispensable pour appréhender le médium avec lequel on travaille, comprendre le fonctionnement des couleurs entre elles, maîtriser les mélanges et comment faire de bonnes associations dans nos œuvres. Faire un cercle chromatique n’est pas compliqué, il faut juste un peu de temps. Je vous explique ci-dessous comment procéder, et comment le lire.

Notez que si vous travaillez avec différents mediums (aquarelle, gouache, encres…) il est pertinent de faire l’exercice avec chaque medium car les rendus de couleurs et les mélanges sont différents.

Créer un cercle chromatique

Le matériel

  • Une feuille de papier de bonne qualité : avec un beau papier, vous aurez un beau rendu de vos couleurs. Ici je prends du papier Ingres d’Arches, en format A4.
  • Une règle, un compas
  • Une grande palette, un pinceau, de l’eau, un chiffon
  • Vos couleurs : ici, j’utilise mes aquarelles Sennelier, pour lesquelles je n’ai pas encore fait de cercle chromatique.
  • Votre nuancier, pour déterminer les couleurs primaires du cercle chromatique
Dès que l’on acquière un nouveau medium, le bon réflexe est de créer un nuancier pour voir les couleurs « en vrai »

Tracer le cercle et les cases

Commencez par tracer une droite et une perpendiculaire au milieu du segment. Tracez ensuite le cercle, puis 3 autres cercles internes.

Subdivisez les 4 quarts du cercle en 3, afin d’avoir en tout un cercle divisé en 12. Pas de panique pour la subdivision, vous pouvez vous aider d’un rapporteur ou comme moi la faire au pif, ça marche aussi.

Poser les 3 couleurs « Primaires »

Dans les palettes des fabricants, il n’y a pas toujours de couleurs primaires à proprement parler, c’est-à-dire Cyan, Jaune, Magenta.

Il faut donc identifier avec votre nuancier :

  • Un jaune franc, qui ne tire pas sur l’orange par exemple le jaune Citron (ou jaune cadmium moyen)
  • Un rouge franc, qui ne tire ni sur le bleu/rose, ni sur l’orange : le Rouge Sennelier
  • Un bleu proche du cyan, qui ne tire pas sur le vert : le Cendre Bleu dans ma palette, ou un cobalt clair si vous avez.

On pose ces trois couleurs sur le cercle, en laissant 3 cases vides entre chaque.

On pose à l’extérieur la couleur pure, et dans la case en dessous la même couleur diluée.

Pensez à bien rincer votre pinceau en passant d’une couleur à l’autre pour ne pas les salir. Pensez aussi à changer l’eau régulièrement.

Compléter le cercle avec les couleurs du fabricant.

En principe, je peux faire le tout cercle à partir de mes trois couleurs primaires. Là j’ai juste voulu intégrer d’autres couleurs de ma palette qui s’intercalaient bien. Ici j’ai ajouté un Outremer, un vert franc, un vermillon (rouge qui tire sur l’orange).

Comme pour les primaires, on pose la couleur pure et la couleur diluée.

Compléter le cercle avec des mélanges

On complète les ORANGES en partant du Vermillon vers le jaune citron; les VIOLETS en allant du rouge au bleu outremer, les VERTS en allant du cyan au jaune citron.

Notez bien le nom des couleurs de base que vous avez utilisé sur la palette.

Lire le premier niveau du cercle

A l’opposé des couleurs primaires, les complémentaires sont appelées couleurs secondaires

Les tons chauds et froids

Vous repérez facilement les teintes chaudes des teintes froides (comme sur les cartes de géographie !). Dans vos compositions, équilibrer les tons chauds/froids aidera à limiter les rendus trop criards ou trop tristes.

Les complémentaires

Chaque couleur a à l’opposé du cercle sa couleur dite complémentaire : associées entre elles, les couleurs complémentaires donnent de l’énergie à vos tableaux. Mélangées, leur luminosité respective va s’atténuer. On dit alors que la couleur est rompue.

Et bien c’est ce que nous allons faire pour la suite du cercle.

Rompre les couleurs

Pour poursuivre la réalisation du cercle, nous allons rompre chaque couleur avec sa complémentaire, toujours en posant un ton assez soutenu, puis dégradé.

Vous allez obtenir une palette de teintes plus douces et plus subtiles.

Le cercle complet!

Finaliser votre cercle chromatique

Pour finaliser le cercle vous pouvez :

  • Noter proprement le nom des couleurs issues de la palette
  • Noter le medium utilisé (ici : Aquarelle Sennelier). Cela peut paraître stupide, mais si vous faites plusieurs cercles avec différents mediums, vous n’allez plus savoir ce qui a été utilisé.

Ce premier exercice permet déjà de voir votre medium différemment, avec une déclinaison de nuances franches ou subtiles, des tons vifs ou un peu plus sourds, des couleurs qui s’opposent ou se complètent. Dans le prochain article, je vous proposerai d’autres exercices visant à créer des palettes harmonieuses et personnelles, en utilisant votre cercle chromatique et votre nuancier.

Cet article est volontairement basique : l’idée était de guider pas-à-pas les personnes qui souhaitent se lancer mais qui redoutent un peu l’exercice. Nul doute qu’en cherchant dans vos livres ou sur internet vous trouverez de très nombreuses informations complémentaires sur le/les cercles chromatiques.

A très bientôt,

Véro

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.