Vous souhaitez apprendre la calligraphie, mais vous ne savez pas par quelle écriture commencer. Onciales, gothiques, chancelière, anglaise : tout cela est un peu confus, et vous êtes peut-être tentés de commencer par l’écriture qui vous plait le plus à l’œil. Mais est-ce une bonne chose ?

En fait, il y a des écritures par lesquelles il vaut mieux ne pas commencer car elles nécessitent déjà d’avoir acquis « un œil et une main calligraphiques » pour pouvoir être abordées. Par exemple, la Capitale Romaine et l’Anglaise qui sont extrêmement difficiles (et je pèse des mots). La Capitale Romaine requiert une bonne maîtrise des traits de base. Et encore, cela ne fait pas tout, beaucoup d’heures d’entraînement seront nécessaires pour arriver à un résultat correct. Le cas de l’Anglaise est un peu différent. C’est la seule écriture historique qui se pratique avec une plume pointue. De ce fait, elle est un peu unique en son genre. J’en reparlerai plus bas.

Les écritures de calligraphie pour débuter

L’onciale

L’onciale est une écriture qui s’est développée entre le 3ème et le 4ème siècle. Née des capitales romaines et de la Quadrata, elle est très présente dans les manuscrits jusqu’au IXème siècle. Elle est souvent proposée aux débutants, car elle est simple et par essence « calligraphique ». En effet, elle réunit des traits de base que l’on retrouve fréquemment dans les autres écritures; Elle permet aussi de se « faire l’œil et la main », grâce à ses formes bien rondes.

Onciale
Onciale réalisée avec une plume Brause Bandzug.

L’onciale a connu de nombreuses évolutions au fil de l’histoire : il existe donc des ductus différents. Elle a ensuite cédé la place à la Caroline.

L’onciale irlandaise, ou majuscule insulaire, telle qu’on la voit dans le Livre de Kells est très compliquée à exécuter pour un débutant.

Onciale
Onciale réalisée avec une plume Brause Bandzug et Finetec Gold

La Fondamentale de Johnston

La Fondamentale a été mise au point au début du 20ème siècle par Edward Johnston, calligraphe et créateur de caractères. Élaborée à partir de l’écriture caroline, et plus particulièrement du Psautier de Ramsey (XIVème s.), la Fondamentale de Johnston se voulait initialement être un modèle pédagogique.  Elle est couramment proposée aux débutants, notamment aux Etats-Unis et en Angleterre.

Fondamentale à la plume Brause – Premières lignes de Roméo & Juliette.

La Fondamentale est relativement simple à acquérir, quoique pour qu’elle soit « parfaite » elle nécessite une belle maîtrise des proportions et de l’interlettrage. Elle est lisible, moderne et agréable à exécuter.

La Rustica

La Rustica est une capitale très ancienne, largement utilisée à l’époque romaine. On la trouve sur des manuscrits de papyrus mais aussi gravée dans la pierre. Formée principalement de traits « bâton », elle est relativement simple, lisible et accessible aux débutants.

RUSTICA
Exercices de Rustica à la plume Brause Bandzug

En revanche, elle n’est pas très moderne, je vous l’accorde !

L’Anglaise : un cas à part

L’Anglaise vous tente plus que tout ? Elle est en effet fine, délicate aérienne, moderne et se prête parfaitement à la correspondance, aux cartons d’invitations, etc.

ANGLAISE
Planche d’anglaise – XVIIIème siècle

#anglaise #calligraphie #débuter ~#arabesques #apprendrelacalligraphie

Exigeante, elle ne cesse de se réinventer. On la retrouve largement dans toute la communication événementielle. Aux Etats-unis, de nombreux stages de « Copperplate for Beginners » sont proposés, là où en France on aurait tendance à la proposer à des personnes ayant déjà un bon niveau en calligraphie. Que faut-il en penser ?

Je crois que l’anglaise est réellement à part, et ne nécessite pas nécessairement des connaissances d’autres écritures pour être abordée. Si c’est l’Anglaise qui vous botte, que vous aimez les défis et n’avez pas peur de travailler, je dirais qu’elle est faite pour vous. En terme de ressources pédagogiques, c’est principalement chez les américains que l’on va trouver des méthodes et des modèles. Le livre « Calligraphy in the Copperplate Style » est très bien fait et propose des guidelines en fin d’ouvrage pour s’entraîner.

Un guide en français est également disponible en téléchargement ici; Il s’agit d’un manuel scolaire datant du début du XXème siècle, qui est très détaillé.

Comme cela fait plusieurs années que je travaille régulièrement cette écriture, je vous ferai prochainement un petit topo des astuces que j’ai mises en place pour (essayer) de progresser, et j’espère que vous me ferez part des vôtres en retour !

En conclusion

  • Il existe de nombreuses écritures, de difficulté inégale
  • Pour débuter, choisissez de préférence une écriture simple de type Onciale ou Fondamentale
  • Vous pouvez débuter par l’Anglaise si votre motivation et votre capacité de travail sont au top
  • Il n’est pas obligatoire de maîtriser parfaitement une écriture avant d’en apprendre une nouvelle. En revanche, évitez de papillonner et de tout essayer en même temps, car vous en tirerez une grande frustration.

Ce qui est important, c’est le plaisir que l’on prend et la satisfaction que l’on en retire !

 

%d blogueurs aiment cette page :