S’inspirer du travail d’autres artistes est quelque chose que nous faisons tous naturellement, je pense. Copier une oeuvre existante peut nous apprendre beaucoup sur la technique : comment obtenir tel rendu ? Comment utiliser tel medium ? Ce n’est pas un mal en soit – ne stigmatisons pas la copie ! – tant que l’on n’usurpe pas le travail des autres.

Ici je vous expose une démarche un peu différente, qui consiste à partir d’une oeuvre existante et de la décliner le plus de fois possibles, avec différentes approches, différents mediums. C’est en suivant un cours en ligne d’Adolfo Serra (illustrateur espagnol) sur Domestika que je me suis lancée dans cet exercice de créativité, et j’ai adoré la démarche.

Principes

On choisit un tableau – j’ai choisi La jeune fille à la perle de Vermeer – et on le décline :

  • en utilisant différents mediums : crayon, peinture, collages, monotypes
  • en faisant quelque chose de « personnel », mais sans perdre les éléments clés de l’oeuvre initiale. Ici, la composition, le vide/l’espace, le bandeau, la perle, le sentiment, les couleurs, la lumière, le contraste…

Les premiers essais

Les premiers essais restent proches de l’oeuvre originale. C’est un peu normal, je pense, c’est un stade d’appropriation.

Au crayon de couleur
A l’aquarelle, sans esquisse préliminaire

Les essais suivants : place à la créativité et l’imagination

Pour les essais suivants, j’ai commencé par dessiner au crayon HB les contours du portrait, à l’envers. Cette technique permet de connecter son cerveau droit, celui qui est le centre de la créativité et de l’imagination, et de mettre son cerveau gauche au repos (celui qui rationalise et analyse).

Dessin à l’envers, au crayon

Libérée du cerveau gauche – très proéminent chez moi – j’ai pu partir dans d’autre directions, plus créatives, mais en restant concentrée sur la jeune fille, la perle, le bandeau etc.

Au feutre
Monotype
Monotype et marqueur
Monotype et marqueur
Trait minimaliste
Collage
Là j’étais un peu vidée

Enfin, une dernière déclinaison, sur laquelle je voulais travailler le portrait à l’acrylique (mais j’ai eu bien des difficultés avec le glacis !).

Esquisse directe au pinceau
Très Britney Spears, non ?

Voilà, cet exercice est très enrichissant et ouvre de nombreuses portes lorsqu’on est au creux de la vague inspirationnelle. C’est toujours bénéfique de sortir de ce que l’on fait habituellement, de se creuser un peu la tête et d’explorer d’autres façons de faire.

J’espère que tout ceci vous a plus et que vous allez vous lancer : en cette période de confinement, profitons-en pour développer notre créativité, car nous en aurons bien besoin dans les mois et les années qui viennent. Bâtir un monde meilleur ne va pas se faire en re-applicant les vieilles recettes, il va falloir en trouver d’autres 😉

A très bientôt !

Véro

6 thoughts on “Développer sa créativité | Décliner une oeuvre existante”

  1. Merciiiiiiiiiiii infiniment pour tous ces articles toujours si intéressantes ,instructifs et si intelligemment créés, oui oui très intéressant de décliner un sujet en différentes versions ,outils matériaux , bravooo et merciiiiii beaucoup, bien d’accord avec vous que face à cette épreuve nous en sortions tous plus sages et responsables vis à vis de la nature et de nos conditions de vie , Tiffany

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.