Souvent, lorsque je dis que  je fais de la calligraphie, on me regarde avec des yeux interrogateurs. Je me rends compte que peu de gens connaissent cet art ou en ont une image erronée. Quelque chose un peu entre art médiéval  et calligraphie chinoise… bon, vous imaginez…

La calligraphie existe dans toutes les civilisations qui ont une culture écrite. A l’échelle de l’humanité, donc, les écritures médiévales représentent donc une toute petite niche de cet art universel.

Pour faire simple, comment définir la calligraphie ?

Etymologiquement, le mot provient du grec κάλλος (kállos, « beau ») et γραφεĩν (grapheîn, « écrire » : c’est l’art de bien écrire. Mais s’en tenir à l’étymologie occulterait toute l’essence et le sens de la calligraphie.

Prenons un exemple :

Quand je repeins ma salle de bain, je fais de la peinture. Quand je fais une petite carte à l’aquarelle pour ma maman, je fais aussi de la peinture, mais avant tout je produis intentionnellement une « œuvre ».

En fait pour comprendre la différence entre « bien écrire » et faire de la calligraphie, il faut juste se pencher sur l’intention (je veux exprimer quelque chose, je veux tracer de belles lettres) et le résultat (j’ai produit une œuvre).

L’écriture est le moyen d’expression, de communication, de traduction et de fixation de la pensée. Elle a été standardisée dans un souci pratique, le paroxysme étant la typographie, qui consiste à créer des caractères à des fins de composition et d’impression.

Pourtant, de tout temps, l’homme a joué avec l’écriture, l’a parée, déformée, embellie :
• En témoignent les magnifiques lettrines que l’on trouve dans les manuscrits anciens.
• En témoigne aussi le foisonnement graphique des lettrages anciens (ou « Vintage »)

La calligraphie met en scène l’écriture, la révèle de façon esthétique. c’est un art vivant, global, en perpétuel mouvement.

La dimension spirituelle

Les asiatiques considèrent la calligraphie bien au-delà du geste, de la représentation et de la production. Ils la voient comme une discipline globale et spirituelle, un art martial, la voie de l’écriture, qui comprend :
• La connaissance du monde
• La connaissance de soi
• La maîtrise du geste
• Les 4 trésors du calligraphe : le pinceau, le papier, l’encre et la pierre à encre.

Cela a peut-être l’air un peu compliqué (pourtant j’ai simplifié !), mais plus vous avancerez en calligraphie, plus vous explorerez sans doute cette dimension « spirituelle » et méditative.

La Calligraphie Latine : les écritures originelles

On comprendra ici les écritures occidentales, de l’alphabet latin, qui ont évolué jusqu’à donner notre écriture courante actuelle. Au départ, un signe : l’écriture cunéiforme, qui a évolué vers la cursive romaine. Parmi les écritures historiques, citons par exemple la capitale romaine, la rustica, les onciales, les carolines, les gothiques, les bâtardes, la chancelière et l’anglaise.
Les écritures historiques (ou originelles) s’appuient sur des règles très strictes, comme le « ductus » qui est la séquence d’exécution des traits pour produire une lettre. Il existe de nombreuses variantes régionales de ces écritures, notamment pour les Gothiques et les Batârdes.

  • Manuscrit en Caroline

    Les outils privilégiés de la calligraphie historique sont la plume d’oiseau, le calame en bambou, la plume métallique en biseau, carrée ou pointue.

  • Les supports de l’écriture sont principalement le parchemin et le papier.

Enfin, la paléographie est l’étude des écritures anciennes.

La Calligraphie Contemporaine ou Moderne ou Renouveau de la calligraphie

La calligraphie contemporaine qualifie généralement les œuvres produites à partir du XXème siècle, qui s’affranchissent du carcan formel de la calligraphie historique pour aller davantage explorer l’expressivité du trait, toujours dans une optique d’esthétisme et de beauté.
L’expression peut allez jusqu’à des représentations abstraites. L’écriture est dite « gestuelle », en prolongement du corps – et de l’esprit – du calligraphe.
Les outils sont variés voire infinis puisque l’idée est d’explorer aussi tous les champs possibles : plumes, pinceaux, calames, automatic pen, ruling pen, cola-pen, light-graph…

Mais il ne faut pas s’y tromper, les grands maîtres de la gestuelle contemporaine sont avant tout des calligraphes chevronnés qui ont une parfaite maîtrise des écritures originelles.

 

Ecriture gestuelle au tire-ligne
Ecriture gestuelle au tire-ligne

On entend souvent parler de calligraphie « moderne ». J’avoue que je ne sais pas trop quoi en penser, si ce n’est que tout ce qui n’est pas « historique » est par essence moderne.

On y trouve principalement sous cette appellation des cursives issues de l’Anglaise, souvent exécutées avec des feutres pinceaux (Brush Pen) ou des plumes pointues. Contrairement aux calligraphies contemporaines citées plus haut, les calligraphies dites « modernes » bien que parfois « gestuelles » sont généralement très lisibles. Elles sont abondamment utilisées dans la communication évènementielle.

La frontière est parfois ténue entre Historique/Contemporaine/Moderne. Par exemple, associe souvent l’Anglaise à la calligraphie Moderne, alors qu’elle a été mise au point au XVIIIème siècle et qu’elle répond à un canon très formel. Une écriture calligraphique « moderne » va s’affranchit de ce formalisme, défaire le chignon de l’Anglaise si je puis dire, et la réinterpréter avec liberté (et si possible avec élégance !).

Le lettering

Le lettering (Lettrage en Français), met en scène lettres, mots et embellissements dans une même composition harmonieuse. Principalement destiné à la communication, il mobilise la créativité, la composition, le dessin davantage que l’écriture. C’est sans doute le point fondamental de différence avec la calligraphie, car si en lettering on utilise des mots « calligraphiés », ils sont généralement dessinés.

A ne pas confondre avec la Typographie, qui est la création de caractères mobiles à des fins de composition et d’impression.

Je vous ai présenté ici les principaux termes de la calligraphie latine et occidentale. Il existe bien d’autres calligraphies de par le monde, chaque civilisation ayant développé un art en lien avec sa culture et son écriture. Si vous souhaitez approfondir vos connaissances, je vous invite à consulter le très beau dossier thématique de la BNF sur les écritures et bien sûr à lire le très riche ouvrage de Claude Mediavilla intitulé… Calligraphie !

Maintenant que vous en savez un peu plus, vous pouvez aller consulter la shopping list du débutant, et vous lancer dans vos premiers traits de plume.

Véro

 

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :