Nous sommes souvent un peu démunis lorsqu’il s’agit de mettre en page une belle calligraphie. Moi-même je fonctionne plutôt à l’instinct : ça passe ou ça casse ! A l’idée de travailler une composition plus élaborée, j’ai plutôt tendance à me crisper et à sur-réfléchir, en agitant règle, équerre, compas et calculette… Ceci pour peu de résultat voire au détriment de l’écriture elle-même !

C’est un questionnement fréquent pour nous autres calligraphes en herbe, et c’est en échangeant avec une autre calligraphe, Agathe Richard, que ma lanterne s’est subitement éclairée. Nous avons donc décidé de vous fournir un morceau écrit à 4 mains sur le sujet « calligraphie et composition », et de vous livrer 4 règles très simples pour calibrer votre mise en page.

Règle N°1 : la règle des tiers

La règle des tiers consiste à placer les personnages, objets importants ou tout autre élément clef sur des lignes imaginaires qui divisent l’image en parties égales. Ces lignes doivent être placées aux tiers horizontaux et verticaux. On les appelle les lignes de force et leurs intersections des points forts.

C’est une règle très connue pour le cadrage, que vous connaissez peut-être si vous pratiquez la photographie.

Quand on calligraphie, ça donne quoi?

   

Sur la première calligraphie, le bloc de textura grise vient s’appuyer sur la ligne du premier tiers vertical, tandis que l’axe de symétrie de la bielle transférée sur le fond correspond à la ligne du deuxième tiers horizontal. Sur la deuxième calligraphie, le centre de la spirale ainsi que l’esperluette (&) qui forme l’œil de l’entité à droite correspondent chacun à un point fort.

Cette règle n’est pas universelle, mais garder en mémoire qu’il faut privilégier les compositions en trois tiers plutôt qu’en deux moitiés constitue un bon point de départ.

Règle N°2 : le hors-champ

Le hors-champ est la partie de la scène qui n’apparaît pas dans un plan d’un film parce qu’elle n’est pas interceptée par le champ de l’optique de la caméra (Wikipédia). En d’autres termes, c’est ce qui est autour de l’image mais que l’on ne voit pas, que l’on ne peut qu’imaginer.

« Dans la construction narrative de l’image, le hors-champ crée un mystère, un effet d’ellipse, un vide à combler par l’imagination, casse la chaîne causale. Dans la construction de la composition de l’image, le hors-champ crée un vide, une aspiration vers la périphérie, un déséquilibre dynamique. » Source http://photonumerique.codedrops.net/

Fort bien, mais qu’est-ce que cela signifie pour nos calligraphies ? Et bien cela signifie qu’il ne faut surtout pas enfermer notre calligraphie dans le cadre, mais lui laisser des portes d’entrée et de sortie.

Sur cette calligraphie très centrée, le centre du cercle où apparait le texte est positionné dans le tiers central (Règle des tiers). Les fleurs et feuillages viennent dans le cadre, mais ne sont pas dessinés intégralement, laissant penser que le foisonnement se poursuit au-delà de la calligraphie. 

   

Les explications d’Agathe :

« Sur la première calligraphie, j’ai volontairement placé mes trois astres en partie hors-champ, pour suggérer un univers plus vaste, que je ne voulais pas réduit à ma simple feuille. Sur la deuxième calligraphie, on voit bien le texte rentrer, être digéré par le squelette, puis ressortir du cadre en deux endroits différents. Dans les deux cas, le fait d’avoir pris en compte le hors-champ dans ma composition donne l’illusion que ma calligraphie est un instantané d’un univers qui la dépasse. Dès lors, les compositions ont beaucoup plus de profondeur. Sur la deuxième calligraphie, notez par ailleurs l’importance des lignes et des points de force dans la composition du tableau (règle des tiers) ».

Règle N°3 : La lecture en Z

C’est une règle de composition beaucoup utilisée en publicité, mais aussi dans la conception des pages web. Le principe est plutôt simple: d’une manière générale, notre œil effectue une lecture en Z quand on prend un document en main pour la première fois. Il commence en haut à gauche, chemine vers la droite, traverse le document et recommence.

 

Source : http://agence-autrement.com/le-sens-de-lecture-dans-la-publicite/

Cette règle est tout à fait compatible avec les deux règles précédentes. Voici ce que cela peut donner en calligraphie :

 

   

Les explications d’Agathe :

« J’ai réalisé cette calligraphie en gardant à l’esprit :
la règle des trois tiers: signature et statue qui s’appuient sur les lignes de force, qui elles-mêmes coupent la spirale en des endroits clés
le hors champ: la spirale, sa structure, la statue ainsi que le texte sortent tous du cadre
la lecture en Z: la composition générale fait voyager le regard selon un chemin qui lui est naturel. »

Règle N°4 : « Less is more »

Une fois qu’on a fait un beau fond, ou même sur une simple feuille blanche, il ne faut pas vouloir remplir l’espace à tout prix. L’idée est évidemment de calligraphier, mais il est important de laisser respirer la composition, de laisser à voir le joli fond qu’on s’est souvent donné du mal à faire.

On veut parfois trop remplir notre feuille alors que quelques mots savamment placés suffisent. Pour ce faire, il peut être judicieux de calligraphier les quelques mots en questions sur un calque pour pouvoir ensuite les faire glisser à l’envi sur notre fond et ainsi trouver leur juste place.

Pour bien illustrer cette idée, nous vous proposons deux calligraphies follement élégantes réalisées par Marine Porte de Sainte-Marie.

 

   

L’astuce d’Agathe : « Dans la même veine, je vous conseille aussi de toujours travailler sur un format très grand, quitte à recadrer l’ensemble après. Ceciafin de laisser beaucoup d’espace autour de votre texte. Remarquez au passage, comme ces deux calligraphies, une fois de plus, illustrent bien la règle des tiers. »

Ce qu’il faut retenir

Il existe bien sûr d’autres canons pour la composition, notamment l’utilisation du célèbre nombre d’or. De même, un texte centré, calligraphié avec soin sur un beau papier restera toujours un grand classique du plus bel effet. Si vous souhaitez vous aventurer au-delà, les quatre règles simples présentées dans cet article seront des garde-fous bien utiles pour vous lancer dans des compositions plus vivantes mais toujours raffinées, sans recourir à des calculs complexes :

  • La règle des tiers : diviser l’espace en 3 tiers horizontaux et verticaux, d’appuyer sur les lignes de force
  • Le hors-champ : ne pas tout mettre dans la composition, laisser une part de suggestion, susciter l’imagination
  • La lecture en Z : vérifier le sens de lecture de la composition
  • Less is more : la simplicité plutôt que la profusion, le respect de l’espace autour des mots

Je remercie chaleureusement Agathe pour sa contribution sur Lettres & Co et pour cet éclairage simple et très pragmatique !

Cet article vous est-il utile ? Utilisez-vous ces mêmes principes pour vos compositions ? En avez-vous d’autres ?

Vos commentaires sont toujours les bienvenus !

A très bientôt

Véro

A propos d’Agathe Richard :

Agathe pratique la calligraphie depuis ses années lycée. Elle vit cette passion sur son temps libre et transmet son savoir à ses élèves de l’association les Chemins de l’Ecriture, à Lyon. Son travail évolue énormément ces dernières années, notamment via la mise en œuvre de nouveaux procédés et mediums tels que l’acrylique, le transfert et la gravure, et un riche travail sur la composition. Elle a récemment exposé ses œuvres, que vous pouvez admirer sur son site : Lettres Vagabondes ou sur son compte Instagram @lettresvagabondes.

 

3 thoughts on “Calligraphie et création : 4 règles simples pour équilibrer vos compositions”

  1. je me rends compte qu’intuitivement (ou à force de contact avec des oeuvres fortes qui nous en imprègnent inconsciemment), on suit parfois l’un ou l’autre de ces préceptes, mais c’est vraiment bien de les trouver formalisés ! merci !!

    1. Oui, parfois on tombe juste sans réflexion particulière. Mais c’est bien d’avoir quelques réflexes ou quelques règles basiques, je suis d’accord.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :