Si vous suivez assidûment Lettres & Co, vous savez que j’utilise beaucoup la gouache extra-fine. Il m’arrive parfois de recourir à la peinture acrylique, notamment pour peindre sur d’autres supports que le papier. Les peintures acryliques sont en effet résistantes une fois sèches, contrairement à la gouache. En parcourant le travail d’autres d’illustratrices, j’ai découvert que beaucoup d’entre elles utilisait une peinture appelée « Acryla-Gouache », un medium à mi-chemin entre la gouache et l’acrylique.

J’ai voulu essayer en commandant un petit set de couleurs, et voici mes appréciations.

Présentation des Acryla-Gouache

Les Acryla-Gouache sont fabriquées par la marque Japonaise Holbein, qui produit des mediums plutôt haut de gamme. Ce sont celles que j’ai vu le plus en utilisation par les artistes que je suis, donc je fais confiance. Il existe d’autres marques comme Turner ou Lascaux, ces dernières n’étant disponibles qu’en contenants volumineux. J’ai donc commandé les Acryla-Gouache Holbein, sur le site de Jackson’s Art.


J’ai pris un petit assortiment, avec des teintes vives, d’autres très pales, du noir et du blanc. J’étais notamment intéressée par des teintes pâles et couvrantes, comme le Jaune de Naples, le Pêche Pâle (qui est sublime), le Misty Green et Misty Blue.

Utilisation des Acryla-Gouache

S’agissant de peintures acryliques, il faut s’équiper d’une palette adéquate : un carreau de céramique, que l’on grattera avec une lame, ou une assiette en carton que l’on jettera après. En effet, en séchant, la peinture durcit. Il est donc difficile de nettoyer une palette plastique à alvéoles.

J’ai commencé par le début, à savoir : faire un petit nuancier.

La texture est agréable, en effet un peu moins collante que l’acrylique pure. On est vraiment à mi-chemin entre l’acrylique et la gouache.

On peut les diluer et les utiliser en transparence : le résultat est net et propre, mais contrairement aux gouaches extra-fines, on n’obtient pas ces beaux effets de granulation des pigments. Le résultat est plus plat, moins organique.

En aplats opaque, ça fonctionne bien, sans trop de marques de pinceaux. Le mieux est toujours de procéder en 2 couches : une diluée, puis une plus dense, pour un résultat impeccable. Et là, deux bonnes surprises :

  • Au séchage les couleurs restent éclatantes, là où la gouache ternit un peu.
  • On peut travailler en superpositions et repasser sur les couches précédentes dans les détériorer : ce qui fait que si on peint noir sur blanc, par exemple, le blanc restera… Blanc ! Avec de la gouache, le blanc se mélangera à la sous-couche noire et sera sale.

J’ai ensuite essayé sur d’autres support : carton, bois : c’est idéal pour peindre des motifs bien nets, dont les couleurs restent vibrantes et accrochent définitivement le support.

La peinture sèche très vite, en quelques minutes, donc on peut (ou « il faut ») travailler assez rapidement.

Les couleurs se mélangent sans problème entre elles. Je les ai même mélangées avec de l’acrylique traditionnelle, de la gouache, du gesso : aucun souci.

Le rendu, dans un sketchbook ordinaire, est similaire à la gouache. Les couleurs restent toutefois plus vives.
Test sur une couverture de carnet lisse et cartonnée : très bonne accroche de la peinture. Les couleurs restent bien couvrantes et éclatantes

Sur un panneau de bois, c’est le medium idéal !
Pour une couverture de carnet en liège : très bonne accroche de la peinture, facilité pour travailler en superposition, et les couleurs restent éclatantes.

Gare au séchage

Justement, l’Acryla-Gouache sèche très vite. C’est un avantage, mais aussi un inconvénient. Tout d’abord, attention aux pinceaux, comme avec de l’acrylique traditionnelle. Il faut les rincer en continu, sinon la peinture sèchent dans les poils et les détériore irrémédiablement.

Ensuite, sur la palette, une fois que c’est sec, et bien c’est fini, foutu. On ne peut pas réactiver la peinture avec un peu d’eau comme avec la gouache ou l’aquarelle. De ce fait, même en faisant très attention de ne pas en mettre trop sur la palette, on gâche toujours un peu, il faut le savoir. A cet égard, ce medium convient plus à des personnes qui travaillent vite, car la peinture sèche vraiment rapidement sur la palette, même en cours de travail.

Pour la calligraphie ou le lettrage

Je n’ai pas essayé de calligraphier avec, cela ne me semble pas approprié. En revanche, pour des lettres peintes, c’est sans aucun doute un excellent choix de medium. A tester !

Conclusion

J’ai aimé :

  • Les couleurs, qui sont vraiment lumineuses et éclatantes même une fois sèches
  • Les beaux aplats bien nets, bien propres, bien opaques
  • La texture, bien plus agréable et moins « synthétique » que l’acrylique. Le fini est mat, et non plastifié.
  • Le fait de pouvoir travailler en superposition pour ajouter des petits détails
  • Le fait de pouvoir changer de support : papier, bois, couvertures de carnets, de l’argile, polystyrène, etc.

J’ai moins aimé :

  • Le fait qu’on en gaspille toujours un peu

C’est donc un medium intéressant à découvrir, qui est disponible dans une très belle gamme de couleurs (109 au total). En Europe, on peut les commander sur le site de Jackson’s Art ou Splendith.

J’espère que cette découverte vous a plu. N’hésitez pas à poser vos questions en commentaire.

Véro

3 thoughts on “Test | Les Acryla-Gouache”

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.